Comment se tirer une balle dans le pied


J'aime me faire détester!Inversement à tous les bons conseils que tu trouveras dans ces pages, si d’aventure tu te sentais l’âme d’un kamikaze désespéré avant même d’avoir entamé le gros de l’année, voilà en quelques exemples le type de conduite à adopter pour te faire détester de tes élèves en moins d’un mois, afin peut-être de trouver une réelle motivation pour changer de métier avant Noël. Si c’est la voie du côté obscure que tu choisis mon Petit Scarabée, permets-nous pour la forme de te vouvoyer.

Toute ressemblance avec un personnage existant ou ayant existé…

 

  • Arrivez systématiquement en retard et renvoyez les élèves qui arrivent après vous.

 

  • Traitez la classe comme un tout. Gardez bien à l’esprit l’indémodable punition collective. Vous annihilerez à vous seul des années d’éducation à la citoyenneté, ainsi que toute idée de justice et d’équité en ce bas monde.

 

  • Placez les élèves perturbateurs au fond de la classe et faites de votre mieux pour ne vous occuper que des deux premiers rangs. Le brouhaha deviendra vite une composante caractéristique de vos cours, et justifiera nombre de démarches disciplinaires qui ne règleront jamais rien. Sans parler de vos rendez-vous chez l’ORL.

 

  • Accaparez la parole. Plus vous parlerez, moins les élèves vous écouteront. Profitez-en pour parler de vos vacances et des problèmes de santé du chat du voisin.

 

  • Coupez systématiquement la parole à un élève dont les efforts pour s’exprimer ne présentent pas à première vue un grand intérêt pour le cours. C’est de l’impolitesse caractérisée et un manque de pédagogie inqualifiable. Cherchez par la suite à lui reprocher son manque d’investissement en classe.

 

  • Laissez copier les élèves entre eux, et lors de la correction montrez du doigt l’élève honnête qui n’a pas obtenu la moyenne.

 

  • Menacez à tout va mais ne prenez aucune sanction. Critiquez ouvertement l’attitude du CPE et celle de la direction qui ne vous soutiennent décidément pas, mais que vous n’aurez pas alertés bien entendu. Comment donc n’ont-ils pas pu deviner ce qu’il se passait derrière votre porte ?!

 

  • Multipliez les contrôles surprises ou pièges. Expliquez à la classe que l’honnêteté ne paie pas.

 

  • Invitez l’élève chahuteur au tableau pour l’humilier et finalement lui offrir une scène inespérée pour mettre le feu à votre classe.

 

  • Face à ses parents, oubliez que vous n’avez aucune compétence pour en parler mais dite-lui quand même qu’il ne fera jamais rien de sa vie. Trouvez un truc pour justifier vos propos : « les statistiques sont contre vous ! » sera du meilleur effet. Pour l’occasion, remettez au goût du jour le bon vieux clivage intellectuels/manuels et insultez au passage des dizaines de corps de métiers dont vous ne connaissez rien.

 

  • Enfin, profitez des bulletins trimestriels pour régler vos comptes. Puisque ces documents serviront à préparer un dossier d’acceptation pour une filière à sa portée, approchez-vous autant que possible de l’injure en portant des jugements sur l’élève et non sur son travail. Glissez au passage quelques fautes d’orthographe.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *